Marcelline Pauper, le dynamisme missionnaire

Figure mystique de la fin du XVIIème siècle, Marcelline Pauper a profondément marqué les commencements de la Congrégation des sœurs de la Charité de Nevers. Par sa vie spirituelle intense et son dynamisme missionnaire, elle participe au développement de la jeune congrégation.

Née en 1666 dans une famille de boulangers de Saint Saulge, accompagnée spirituellement par le Père Delaveyne, Marcelline Pauper rejoint la communauté de Saint-Saulge en 1688.
Elle est spontanément tournée vers le recueillement et la solitude pour vivre une intimité avec Dieu, mais le Père Delaveyne lui fait comprendre que servir les pauvres c’est servir Dieu lui-même : « Amour et Croix, l’un s’éprouve par l’autre ».

En 1691, elle est envoyée à Decize pour la toute première fondation.
A partir de 1696, elle est appelée pour fonder d’autres communautés, en Auvergne, en Ardèche, à Saint Etienne.
En 1705, envoyée à Tulle, elle y installe une maison appelée « miséricorde » pour visiter les malades et instruire les petites filles pauvres.