L’appel des premières sœurs…

1680 :
Deux amies, Anne Legeay et Marie Marchangy, des jeunes filles de Saint Saulge répondent à l’appel de Jean Baptiste Delaveyne. Il va leur proposer une forme de vie religieuse nouvelle, sans cloître, vivant de plain-pied, avec les villageois. Cette proximité avec les pauvres est le lieu de leur rencontre avec le Christ. Mais Jean Baptiste les invite aussi à une vie de prière intense. C’est l’époque de la naissance de la vie religieuse apostolique.

1688 :
Marcelline Pauper rejoint la petite communauté. Elle deviendra une grande mystique du XVIIème siècle. Avec d’autres, elle participe aux fondations de communautés qui se succèdent, (une vingtaine entre 1680 et 1704) d’abord dans la Nièvre (Nevers, Decize, Saint Pierre le Moutier,…) puis au-delà du nivernais (en Ile de France, en Auvergne, en Ardèche, à Saint Etienne…). A l’origine, les communautés sont formées de 3 ou 4 sœurs ; une sœur est apothicaire, deux sont soignantes, une quatrième enseigne.

La Congrégation vivra un développement important après la révolution française…